Les vins

Dom Ruinart Rosé 2004

La Race et le Velouté

C’est 1959 qui a eu le privilège de la première cuvée Dom Ruinart, blanc de blancs en forme d’ode au grands chardonnays, sortie en 1966. Une cuvée Dom Ruinart rosé suivra bientôt, le millésime 1966 commercialisé en 1973. 
Depuis lors, les rosés Dom Ruinart ne font pas exception au savoir-faire de la maison. Comme pour les blancs, le chardonnay est le mot-clé. 

Dom Ruinart Rosé 2004 Dom Ruinart Rosé 2004
Dom Ruinart Rosé 2004 Dom Ruinart Rosé 2004
Dom Ruinart Rosé 2004

Dom Ruinart Rosé 2004

Le Dom Ruinart Rosé 2004 renferme une équation que l’on pourrait croire impossible : le velouté et la race s’accordent pour la même partition délicate et aromatique.

Dom Ruinart rosé est unique dans son assemblage. Composé de 81 % de chardonnay et de 19 % de pinot noir vinifié en rouge, c’est une sorte de « blanc de blancs rosé ». Et la forte proportion de vin rouge ne doit pas laisser penser que ce vin est d’une couleur soutenue. 
Dom Ruinart rosé 2004 est sans doute l’un des rosés les plus délicatement aromatiques qui se puissent trouver. Il n’a que douze ans de maturation et pourtant, il a déjà exprimé l’essentiel. La framboise fraîche s’accorde à l’acidité des gelées de groseille et une touche de fraise des bois emporte l’approbation du dégustateur. C’est un vin plus crayeux que fumé. Là, c’est l’Orient qui s’invite, ses épices toutes de complexité, ses bois de rose d’une finesse extrême, un air de rose fanée flotte à la surface du champagne quand la matière s’affirme en bouche. Cette expression brillante révèle une équation surprenante : le velouté et la race s’accordent pour décrire un grand vin. Dom Ruinart rosé 2004 prend place à la suite de ses prédécesseurs, les incomparables 1998 et 2002 d’abord, puis tout ceux de cette lignée si ancienne.

D’EMBLÉE, CE MILLÉSIME SURPREND PAR SON INTENSITÉ ET SA COMPLEXITÉ AROMATIQUE.

Téléchargez la fiche technique
Ouvrir fermer

explorez la galerie d'images de Dom Ruinart Rosé 2004