Faire défiler la page

Née en 1729, Ruinart est la plus ancienne Maison de Champagne. Avant elle, il n'en existait pas. A sa source, l'intuition d'un moine qui devançait son temps…

1657
1709
Dom Ruinart moine visionnaire
Dom Ruinart par Gideon Rubin

Gideon Rubin, Juin 2011

maison ruinart

dom ruinart

A l'origine, il y a ce moine. Bénédictin, intuitif, visionnaire, travailleur, modeste : Dom Thierry Ruinart (1657-1709), contemporain de Louis XIV. Théologien et historien brillant, il est appelé à 23 ans à l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, l'un des plus importants centres d'étude du monde chrétien, à deux pas de Paris. Là, de la Ville et de la Cour, lui parviennent les échos de la vie mondaine et de ses engouements, notamment pour ce nouveau vin qui ne se dénomme pas encore « champagne » mais qui fait déjà fureur auprès de la jeunesse aristocratique.

On est à l'aube du XVIIIème siècle. Dom Ruinart, auteur d'ouvrages savants, a aussi le goût des choses de son temps et sa curiosité se double d'un sens aigu des affaires. Il est né en Champagne où son frère est négociant en drap et y retourne à maintes reprises. Fort de toutes ces observations, il a acquis la conviction que ce « vin de bulles » né des vignes de sa province, dit aussi « vin de mousse », est promis à un bel avenir. Cette conviction, il la transmettra à son frère et à son neveu.

En 1729, vingt ans après la mort de son oncle, Nicolas Ruinart fonde la première Maison de Champagne. L'intuition du moine précurseur vient d'entrer dans l'Histoire.

1728
Ruinart Blanc de Blancs maturation

Un arrêté royal sur le transport des bouteilles

Cette réussite repose sur une révolution discrète mais considérable, celle de l'arrêté royal du 25 mai 1728. Par cet arrêté, Louis XV autorise le transport du vin mousseux en paniers de 50 à 100 bouteilles.

Jusqu'alors, les bouteilles, destinées à une consommation locale, étaient trop fragiles pour voyager. Les bouteilles ayant gagné en résistance, la décision royale de 1728 ouvre au vin fougueux les portes de l'Europe.

1729
Le Grand Livre de Ruinart par Georgia Russell
Nicolas Ruinart
Nicolas Ruinart par Gideon Rubin

Gideon Rubin, Juin 2011

1er septembre 1729

La première Maison de Champagne

Le 1er septembre 1729, Nicolas Ruinart, drapier de Reims comme son père, ouvre son premier livre de comptes consacré au vin de bulles.

Il a 33 ans. Ce livre de comptes est un acte de naissance : celui de la première Maison de Champagne jamais créée. Les premières bouteilles sont destinées à ses clients traditionnels, qui achètent draps et toiles.

Mais Nicolas Ruinart est un homme d'affaires avisé et raffiné. Il a fait sienne la vision pionnière de son oncle. L'Histoire lui donne raison. Six ans plus tard, la Maison Ruinart abandonne le négoce des tissus pour se consacrer au commerce du champagne. Ce sera désormais son unique vocation. 170 bouteilles vendues en 1730, 3 000 bouteilles en 1731, 36 000 en 1761. « Au nom de Dieu et de la Sainte Vierge », écrit l'entreprenant neveu en tête de son livre de comptes.

Sceau Ruinart

1764
Ruinart Rosé Œil de Perdrix

Ruinart procède à sa première expédition de champagne Rosé dès l'année 1764.

mi-18ème

Au milieu du 18ème siècle, pour y entreposer ses flacons, Ruinart acquiert ces anciennes crayères creusées sous la ville de Reims.

1769
Ruinart Caisse Cave

La première Maison à transporter des flacons dans des caisses en bois.

1817
maison ruinart

Une famille, un esprit

Durant plus de deux siècles, la famille Ruinart, anoblie et devenue Ruinart de Brimont en 1817, anime la Maison avec la même constance. Chaque génération révèle un chef de Maison aux talents particuliers qu'il met au service de la lignée. Dom Ruinart aura été l'Inspirateur, son neveu Nicolas le Fondateur. Leurs successeurs illustrent la permanence de Ruinart mais aussi sa capacité à accueillir des personnalités fortes et diverses, sources d'enrichissements: Claude le Voyageur, François Irénée l'Administrateur, Edmond l'Américain, Edgard le Mainteneur, Charles le Transmetteur, André le Reconstructeur…

  • Champagne Ruinart
  • Champagne Ruinart
  • Champagne Ruinart
  • Champagne Ruinart
  • Champagne Ruinart
Champagne Ruinart
  • Le blason

    Le 12 avril 1817, Louis XVIII anoblit François Irénée Ruinart. En même temps que ses lettres de noblesse, le roi lui octroie des armoiries blasonnées qui depuis figurent sur les étiquettes des flacons Ruinart.

    Explorer le blason pour révéler ses secrets.

  • L'écu, supporté par deux lions,
    est surmonté de la couronne
    de vicomte.

    Le gueules incarne l'amour,
    la vaillance, la hardiesse,
    la splendeur et la générosité.

  • Les étoiles et le cœur d'argent
    symbolisent les vertus de la
    famille Ruinart : pureté, humilité, espérance
    et vérité.

  • Les chevrons d'or suggèrent
    que la Maison Ruinart est riche,
    protectrice, et se caractérise
    par sa pureté et sa constance.

  • Le chef d'or de l'écu est chargé
    d'une rose de gueules
    (qui désigne la couleur rouge
    en héraldique),
    un symbole de grâce,
    de beauté et d'espérance.

    Elle renvoie aussi aux rosiers
    plantés aux extrémités
    des rangs de vigne afin que
    les chevaux tournent court,
    évitant ainsi d'abîmer les ceps.

  • Rose, un symbole de grâce,
    de beauté et d'espérance.

1919
1925
Vicomtesse Ruinart de Brimont
Vicomtesse Ruinart de Brimont par Gideon Rubin

Gideon Rubin, Juin 2011

La "Régente"

La vicomtesse Charlotte

Mary Kate Charlotte Riboldi, vicomtesse Ruinart de Brimont, est l'une des plus remarquables figures de cette lignée.  A la mort de son époux André Ruinart, cette Anglaise, tôt orpheline et d'origine modeste, dirige en femme de tête et d'énergie la Maison de 1919 à 1925 en attendant que leur fils soit en âge de lui succéder.
Avec élégance et fermeté, elle la remet sur pied après les destructions de la guerre.